Archives mensuelles : décembre 2018

« Alors, heureux ? » : une BD sur l’injonction au bonheur au travail…

Le bonheur en tant qu’objectif numéro prioritaire envahit tout jusque dans le milieu de travail : qualité de vie au travail, chief hapiness officers…

Antoine Chereau , dessinateur de presse Antoine Chereau  propose 87 saynètes humoristiques sur le thème de l’injonction au bonheur dans notre société.

Jusqu’où peut aller l’entreprise pour faire du bonheur de ses salariés son image de marque ? Quelle est la place du travail dans le bonheur ? Comment atteindre le bonheur ? Des réflexions abordées sous un angle satirique et bienveillant.

Pour en savoir plus : Antoine Chereau, « Alors, heureux ? », éditions Pixel Fever, 

https://www.babelio.com/livres/Chereau-Alors-heureux-/1085205

Poster un commentaire

Classé dans Note de lecture

P.A.P.A.

rh_info293_p.a.p.a._1.jpg

La période d’accomplissement de la paternité active a été proposée par un rapport de l’IGAS, paru à l’automne : une incitation pour une meilleure répartition des responsabilités familiales.  L’idée sera-t-elle reprise ??

https://www.rhinfo.com/thematiques/gestion-administrative/relations-sociales/papa

Poster un commentaire

Classé dans Croqu'actu

L’essentiel à retenir de la Prime Macron

La loi  n° 2018-1213 du 24 décembre 2018 portant mesures d’urgence économiques et sociales a précisé les principes et les modalités d’application de la « prime Macron »

Principes :

*L’employeur peut verser à ses salariés une prime exceptionnelle défiscalisée et exonérée de charges sociales jusqu’à un certain montant.

*Cette prime peut être attribuée à l’ensemble du personnel ou aux seuls salariés dont la rémunération est inférieure à un certain plafond.

*Le versement peut également être subordonné à la présence des salariés dans les effectifs à une date précise.                         

*La prime est exonérée d’impôt sur le revenu, de cotisations et contributions d’origine légale ou conventionnelle et de toutes autres cotisations et contributions dues, sous réserve de remplir certaines conditions :

montant maximal de 1000 €.

– exonération réservé aux primes versées aux salariés ayant perçu, en 2018, une rémunération inférieure à 3 fois la valeur du SMIC = 53 946 € brut annuel.

Modalités d’applications: 

*Le montant de la prime peut être modulé selon les bénéficiaires selon des critères précis :

  • Le niveau de rémunération
  • La durée du travail
  • La durée de présence effective pendant l’année 2018

L’ancienneté ou le niveau de qualification ne peuvent justifier une modulation.

*La prime doit être versée entre le 11 décembre 2018 et le 31 mars 2019 ; elle ne doit se substituer à aucun autre élément de rémunération. Etant exceptionnelle, elle n’engage pas l’employeur pour l’avenir.

*Le montant de la prime ainsi que, le cas échéant, le plafond limitant le champ des bénéficiaires et la modulation de son montant entre les bénéficiaires doivent résulter d’un accord d’entreprise ou d’une décision unilatérale de l’employeur (avec consultation des IRP avant le 31 12 19)

Pour en savoir plus :https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2018/12/24/MTRX1834337L/jo/texte/fr

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Présentation du nouveau Contrat d’objectifs et de performance de l’Anact 2018/2021

Dans le contexte de la publication du rapport Lecocq-Dupuis-Forest sur la santé au travail, le président de l’Anact, a présenté le nouveau Contrat d’objectifs et de performance qui guide l’action de l’Agence.

 

*Réactions sur le rapport de la mission parlementaire sur la santé au travail mettant en avant un rapprochement des organismes de prévention: 
Le rapport « Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée » propose d’inscrire la prévention dans un cadre large. Les actions de l’Anact et des Aract l’illustrent en visant l’amélioration  durable des conditions de travail, ce qui nécessite d’agir sur différents registres: prévention des risques, organisation du travail,  évolutions managériales, dialogue social, parcours professionnels… Les savoir-faire de l’Agence, et notamment sa capacité à expérimenter sur le terrain des méthodes d’amélioration des conditions de travail et à élaborer des offres de service adaptées aux enjeux de transformation des entreprises, peuvent s’inscrire en complémentarité des savoir-faire des autres acteurs dans le cadre d’une nouvelle organisation de la prévention.

*Priorités de l’Anact : Le gouvernement a proposé l’ouverture d’une négociation interprofessionnelle ainsi qu’une phase de concertation. Les partenaires sociaux doivent en fixer le champ: travailler sur les propositions du rapport Lecoq, revisiter l’accord national interprofessionnel « Qualité de vie au travail » du 19 juin 2015. L’Anact est là lpour nourrir leurs travaux en tirant les enseignements des nombreuses démarches QVT accompagnées par le réseau et plus largement. En outre, l’Anact se mobilise par la mise en oeuvre de son Contrat d’objectifs et de performance 2018-2021 signé avec la Direction Générale du Travail.

*Thèmes et actions retenus:  L’Anact et son réseau ont à poursuivre les actions liées aux chantiers du Plan Santé au travail 2016-2020 qu’elle pilote sur la prévention de l’usure au travail et le maintien en emploi:  prévention des risques psychosociaux, développement d’un management de qualité… Le Contrat oriente également les travaux sur les champs majeurs des conditions de travail appelant des innovations sociales : qualité de vie au travail,  appui au dialogue social, égalité professionnelle entre les femmes et les hommes , transformations numériques du travail

Pistes d’action pour renforcer l’impact des actions de l’Anact : Il s’agit de renforcer la capacité de l’Agence à atteindre les entreprises, via les Aract et d’autres réseaux. Les partenariats avec les acteurs de branche, le secteur des transports, l’hôtellerie-restauration… ou avec les mutuelles font la preuve de leur efficacité. Il faut aussi  rendre davantage visible l’« ADN » de l’Anact en particulier notre capacité à innover dans les méthodes d’action à destination des dirigeants, managers, salariés et leurs représentants.

4 priorités thématiques du Contrat 2018/2020:

  • Priorité 1 – Concentrer l’Anact sur le 3ème Plan santé au travail (PST3), feuille de route de l’Etat et des acteurs de la prévention des risques professionnels.
  • Priorité 2 – Accompagner et appuyer les TPE /PME à la conduite d’un dialogue social de qualité, pour améliorer les conditions de travail
  • Priorité 3 – Inscrire l’égalité professionnelle dans les réflexions et actions menées sur l’organisation du travail et les conditions de travail
  • Priorité 4 – Concevoir des démarches de prévention adaptées à la révolution numérique et aux transformations du travail

Pour en savoir plus :  https://v.calameo.com/?bkcode=0000881551f0cb85ef267&mode=viewer&view=scroll

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Prime de fin d’année : pratiques et réflexions des entreprises

Orange, Solvay, Total, Publicis, SFR, LVMH, Iliad, Staffmatch, ont annoncé verser à tout ou partie de leurs salariés une prime exceptionnelle pour des montants variant de 100 à 1 500 euros ; ces entreprises, pour la plupart, en pleine discussion sur NAO ont retenu de faire un geste supplémentaire.

Chez Total, cette prime figure dans le projet d’accord, soumis à signature en raison des résultats liés aux performances économiques du groupe et en complément d’une augmentation de salaire globale de 3,10.

La prime prend des formes diverses avec :

*des montants différents : Altice France et Publicis prévoient le versement d’une prime de 1 000 euros ; Total = 1 500 euros, Solvay = 600 euros, la PME Staffmatch = 100 euros.

*des bénéficiaires différents : Publicis vise tous les collaborateurs du groupe en France dont la rémunération est inférieure à 2 500 euros bruts ; Total, l’ensemble de ses 18 000 collaborateurs en France ; Solvay, 4 000 salariés français non cadres sur 5300 au total ;  Orange prévoir 2 régimes différents = 1 000 euros pour les salariés ayant moins de 25 000 euros de salaire annuel brut  et 500 euros pour ceux qui touchent entre 25 000 et 30 000 euros annuel brut ;  Staffmatch cible les intérimaires ayant travaillé un mois plein en décembre.

D’autres entreprises réfléchissent en attente des modalités d’application réglementaire et fiscale : la prime doit-elle être discutée dans le cadre des NAO ? Etre versée en 2018 ou 2019 ? Doit-elle être plafonnée ? Selon les arbitrages, les impacts sur la paie seront différents.

Reste à savoir si le versement de cette prime se fera au détriment des augmentations générales, individuelles, voire des enveloppes de rattrapage, portant notamment sur les écarts de rémunération entre hommes et femmes …

Pour en savoir plus : lire l’article publié par Actuel Rh

http://www.actuel-rh.fr/content/prime-de-fin-dannee-les-grands-groupes-ouvrent-la-voie

 

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

« Les moutons : Make management great again ! » : une BD sur l’absurdité du management…

Alsy, dessinateur belge qui publie quotidiennement dans le journal L’Echo met en scène des moutons perdus dans l’absurdité du management et de la novlangue d’entreprise.

Au cour de 60 planches, il s’agit :

*des dérives du bonheur au travail,

*de l’incongruité des process,

*des nouveaux postes aux intitulés incompréhensibles

*du burn-out, et brown-out,

*de la mode du flex-offices,

*des enquêtes de climat social…

Avec beaucoup d’humour et sur le mode dérision, l’ouvrage croque savoureusement les évolutions du monde du travail…

Pour en savoir plus Alsy, « Les moutons – Make management great again! », éditions Renaissance du Livre 

http://www.bdencre.com/2018/11/23252_les-moutons-make-management-great-again-alsy-la-renaissance-du-livre-1600e/

 

Poster un commentaire

Classé dans Note de lecture

Conditions climatiques et droit de retrait

Des conditions climatiques extrêmes (froid, neige, verglas, tempête, pluies violentes…) peuvent, sur le fondement de l’article L.44131-1 du code du travail relatif au droit de retrait, autoriser un salarié à cesser son travail dès lors qu’il estime que la situation présente un danger grave et imminent pour sa santé ou sa sécurité. 

Le salarié doit alors alerter l’employeur ou son responsable hiérarchique de l’existence d’un risque qui met en danger sa vie ou sa santé. Aucune procédure particulière n’est prescrite pour dénoncer ce risque. 

Dès lors que le salarié exerce légitimement son droit de retrait, il  ne peut pas être sanctionné et aucune retenue sur salaire ne peut être opérée; toute sanction disciplinaire encourt la nullité.

Ainsi par exemple, a été jugé légitime le droit de retrait du salarié qui refuse de :

– travailler dans un local non chauffé ou insuffisamment chauffé,

– exécuter son travail sur un chantier extérieur de grande hauteur, en invoquant neige, vent et froid, ou en l’absence de système de protection efficace,

– effectuer des livraisons en périodes d’intempéries, celles-ci étant justifiées par des extraits de journaux, un site météo et des photos attestent de leur importance.

Par contre, a été jugée fautive l’absence du salarié invoquant un état de la route l’empêchant de venir, alors qu’il n’en était résulté aucune entrave à la circulation .

Pour en savoir plus : https://www.efl.fr/actualites/social/contrat-de-travail/details.html?ref=UI-64a7458c-4de8-4eaa-98b4-9d3e6853626b&eflNetwaveEmail

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Agenda: learning technologies France 30,31 janvier 2019

L’édition 2019 de Learning Technologies France, placée sous le Haut-Patronage de la ministre du Travail, se tiendra les 30 et 31 janvier à Paris, Porte de Versailles pour réunir les professionnels du e-learning, de la formation, des ressources humaines et de la gestion de talents.

Au programme :

  • l’intervention d’experts du secteur partageant leur expérience via des conférences
  • des exposants internationaux permettant de découvrir les dernières solutions avec des live démos sur de nouveaux produits et dernières innovations
  • des échanges avec  des professionnels de la formation et des ressources humaines autour des dernières tendances et innovations dans une matière en pleine évolution

L’accès au salon est entièrement gratuit pour les professionnels du secteur.

Pour en savoir plus Informations et inscriptions ICI

Poster un commentaire

Classé dans Agenda

Changement d’horaires de travail et modification du contrat de travail : rôle du juge

Un licenciement pour faute grave est-il justifié lorsque le salarié refuse d’exécuter la prestation de travail selon les prévisions du contrat de travail à l’occasion d’un changement des horaires entraînant un passage du travail du soir ou de la nuit à un travail de jour assorti d’une réduction corrélative de la rémunération ?

Dans un arrêt récent, la Cour de cassation rappelle l’obligation pour les juges du fond de  rechercher si le changement des horaires de travail en cause n’entraînait pas un bouleversement de l’économie du contrat constitutive d’une modification du contrat.

Pour en savoir plus  : Cass. soc. 28-11-2018 n° 17-13.158

ttps://www.efl.fr/actualites/social/cessation-du-contrat-de-travail/details.html?ref=UI-45725a93-1e85-4c76-8b3c-9d5878c61e28&eflNetwaveEmail

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Publications

De l’intérêt du jeu dans la formation …

Gamification, serious game, ludopédagogie entrent de plus en plus dans l’approche des nouveaux outils pédagogiques, souvent liés aux de nouvelles technologies mais le jeu de plateau y a aussi toute sa place.

Un serious game, digital ou matériel, a pour objectif d’apprendre en s’amusant. L’idée est de favoriser un niveau de concentration maximal, où l’apprenant est maître de ses actions et dans un état de contrôle.

Le jeu de plateau permet, si l’optimum difficulté-compétence est atteint, de focaliser l’apprenant sur sa situation d’apprentissage. Il rend l’apprenant acteur de son apprentissage et développe son efficacité. Les questionnaires de satisfaction réalisés en fin de formation montrent ainsi de très bons résultats.

Le jeu de société est aussi un facteur de motivation ; il entraîne l’apprenant à chercher des solutions en groupe et favorise la socialisation des participants. Différentes études concluent que la ludo-pédagogie accroît la motivation des apprenants.

Si le jeu, par définition, procure du plaisir, il permet aussi de rythmer la formation : mettre du rythme est un moyen efficace de maintenir les apprenants à un degré de concentration maximal durant la formation ; il est aussi créateur de moments d’exceptions et mémorables au sein de la formation.

Pour en savoir plus :https://www.elegia.fr/actualites/pedagogie/gamifiez-vos-stages-grace-aux-jeux-de-plateaux?tracking-id=NewsletterPED&utm_source=AboNL&utm_medium=email&utm_campaign

 

Poster un commentaire

Classé dans Brèves