Discriminations syndicales: résultats du 12 ème baromètre 2019 du Défenseur des droits

Le Défenseur des droits et l’OIT réalisent une enquête annuelle sur les discriminations dans l’emploi : l’enquête 2019 vise à mieux documenter les discriminations en raison de l’activité syndicale au travail.

Les résultats s’appuient sur les réponses apportées par :

* 1 000 personnes représentatives de la population active d’une part,

* 33 000 adhérents des 8 principales organisations syndicales :CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FO, UNSA, FSU et Union syndicale Solidaires.

A retenir  les principaux résultats :

*1 personne active sur trois (29%) et 1 personne syndiquée sur 2 deux (52%) considèrent que les discriminations syndicales se produisent souvent ou très souvent

*1/3 de la population active interrogée estime que la peur des représailles de la part de la direction est le facteur qui dissuade le plus les salariés de s’engager dans une activité syndicale.

*4 actifs sur dix (42%) considèrent que l’exercice d’une activité syndicale représente un risque pour son emploi ou son évolution professionnelle, et  7/10 (66%) parmi les personnes syndiquées.

* près de la moitié (46%) des personnes syndiquées estiment avoir déjà été discriminées au cours de leur carrière professionnelle en raison de leur activité syndicale.

Pour 51% d’entre elles, leur activité a représenté un frein à leur évolution professionnelle. Plus de 4 personnes syndiquées sur 10 (43%) estiment que les relations avec leur hiérarchie se sont dégradées en raison de leur activité syndicale.

Un fort investissement dans une activité syndicale visible : adhésion de longue durée, grèves, distribution de tracts, exercice d’un mandat syndical, participation à des négociations…accroît significativement le risque de déclarer une expérience de discrimination.

La plupart du temps, les discriminations syndicales rapportées par les victimes se manifestent sous la forme d’absence d’évolution ou d’avancement professionnel, de blocage dans l’évolution de la rémunération, et de dégradation du climat ou des conditions de travail.

Près de 8 personnes syndiquées sur 10  estimant avoir été discriminées ont tenté de faire cesser la situation, principalement en sollicitant leur syndicat et/ou en s’adressant à leur employeur. 4 fois/ 10, les personnes estiment avoir fait l’objet de mesures de rétorsion de la part de leur employeur à la suite de leurs démarches. Pour 4 personnes/10, la difficulté d’accès à la preuve les a dissuadées d’entreprendre des démarches pour faire valoir leurs droits.

Pour en savoir plus :

https://defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2019/09/12eme-barometre-de-la-perception-des-discriminations-dans-lemploi-pres

et accès à l’ensemble du rapport.

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s