Télétravail : bilan ORSE et Réalités du Dialogue social

Bilan après 1 an d’application de l’ANI de novembre 2020 sur le télétravail ;  selon une étude de Réalités du dialogue social et de l’Observatoire de la RSE, l’approche des organisations demeure trop restrictive, sans prendre suffisamment en compte les enjeux de prévention santé et l’évolution des pratiques managériales.

Dans une étude publiée récemment, les deux associations  ont examiné 3 000 accords de télétravail signés entre avril 2021 et mars 2022 dans l’objectif de vérifier comment ont été mis en œuvre les points marquants de l’ANI : santé au travail,  management, de RSE.  

A retenir

*une approche  plutôt restrictive pour la définition des postes télé-travaillables,

*un périmètre des collaborateurs éligibles globalement très encadré,

*des conditions liées aux aptitudes et compétences nécessaires  au travail à distance : autonomie, capacité d’organisation…

*des catégories entières de salariés souvent écartées : stagiaires, apprentis, intérimaires, CDD, employés en temps partiel…

*le domicile du salarié est le premier lieu de télétravail cité, la possibilité de tiers-lieux est limitée,

*le rythme choisi se limite souvent  « 1 jour ou moins » de travail à distance, voire 2 jours /semaine et plus rarement à plus.

*les accords  précisent très peu les mesures d’accompagnement sur les enjeux de prévention santé, et les modes d’animation à distance des collectifs.

*peu d’accords traitent la mise en œuvre du télétravail en cas de force majeure : grève, pollution, événement météorologique, pandémie…

*de faibles références à la question de l’impact environnemental du télé-travail , se limitant à la  mention de la contribution du  télétravail dans la réduction des émissions des gaz à effet de serre.

5 recommandations de l’ORSE et Réalités du dialogue social pour les entreprises :

°Promouvoir l’ANI pour en faire un véritable outil méthodologique de la négociation ;

°Prévoir les différents scénarios de recours au télétravail en cas de force majeure ;

°Anticiper la révision du périmètre des salariés éligibles au télétravail ;

°Prendre en compte l’évolution du rôle des managers dans les accords ;

°Intégrer davantage la composante environnementale dans la négociation.

Pour en savoir plus :  Observatoire de la RSE

https://www.parlonsrh.com/media/accords-de-teletravail-des-entreprises-encore-trop-timides-dans-leur-approche/?cid=600adc5e007fb74e1576c39f&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter&utm_source=plezi-newsletter

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s