Etude People at work 2022 : attentes des salariés

Soucieux de bénéficier d’un meilleur équilibre vie professionnelle – vie personnelle, les salariés français attendent aujourd’hui davantage de flexibilité. Sans la possibilité de télétravailler ou de « condenser » leurs horaires à travers la semaine de 4 jours, une part importante de collaborateurs serait même prête à démissionner, selon la dernière étude People at Work, résumée dans une infographie d’ADP.

L’étude internationale People at Work 2022, publiée fin juillet 2022, permet de connaître mieux les attentes des salariés français.

Selon l’infographie  résumant l’enquête, réalisée par ADP, les collaborateurs  veulent du changement  et ont des aspirations élevées en matière d’épanouissement professionnel; ils se soucient davantage de leur  bien-être personnel et de leur vie en dehors du travail via un meilleur équilibre vie professionnelle/vie privée. Ils souhaitent  bénéficier de conditions de travail plus souples avec davantage de possibilités de travail à distance et d’aménagements personnels.

Les priorités sont, selon ADP, : Le plaisir de travailler (32 %) ; Les horaires flexibles (33 %) ; L’évolution de carrière (23 %). Même si le salaire reste primordial, il n’est pas le seul facteur qui importe et il pourrait y avoir un compromis à faire entre un salaire plus élevé et un meilleur équilibre travail / vie privée ou davantage de flexibilité.

En Europe, une forte majorité, 71 %, aspire au passage à la semaine de 4 jours, contre 26 % avant le Covid. En France, 64 % des salariés souhaiteraient concentrer leurs horaires de travail et bénéficier d’une plus grande flexibilité .

Le télétravail est également un pré-requis indispensable : en Europe, 64 % de salariés) songeraient à rechercher un nouveau poste si cela se produisait. En France, i36 % se disent prêts à démissionner s’il était impossible de télétravailler ; 53 % chez les jeunes diplômés et les nouvelles recrues (18-25 ans).

Une part importante des collaborateurs français serait prête à accepter une baisse de salaire, en contrepartie : D’un meilleur équilibre vie professionnelle – vie personnelle (57 %) ; De la flexibilité de leur lieu de travail (30 %) ; De la flexibilité de leurs horaires de travail (27 %).

L’étude d’ADP regarde aussi le stress des salariés européens : 67 % se sentent stressés au moins une fois par semaine et 53 % pensent que cet état mental négatif affecte leurs performances. Les causes les plus fréquentes de stress sont : Une augmentation trop importante des responsabilités (41 %) ; La sécurité de l’emploi (25 %) ; La longueur des journées de travail (28 %).

Les entreprises, conscientes des risques recherchent de nouvelles solutions pour apporter du soutien en termes de santé mentale à leur personnel : communication plus fréquente avec les salariés (33 %); autorisation de journées de congé bien-être  (31 %) ; accès à des conseils spécifiques (25 %) ; organisation d’activités de cohésion d’équipe (24 %) ; garantie du droit à la déconnexion après les heures de travail (22 %). A noter qu’actuellement seules 19 % des entreprises françaises ont mis place un «accord de travail flexible » et 5 % d’entre elles ont adopté la semaine de 4 jours.

Pour en savoir plus: https://www.fr.adp.com/ressources/insights/people-at-work-2022-l-etude-workforce-view.aspx

Publicité

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s