Archives quotidiennes : 2 décembre 2022

Harcèlement au travail: étude Qualisocial/Ipsos

Le bien-être au travail est au cœur des préoccupations de la fonction RH. Qualisocial, spécialiste du bien-être et de l’engagement au travail, a mené une étude sur le sujet. 

Depuis une quinzaine d’années, de nombreux mouvements dénonçant le harcèlement, dans la sphère privée comme professionnelle se développent; les témoignages de victimes n’ont cessé de fleurir et le secteur professionnel n’est pas en reste. Selon l’article L1152-1 du Code du travail : « aucun salarié ne doit subir les agissements répétés de harcèlement moral qui ont pour effet une dégradation de ses conditions de travail susceptible de porter atteinte à ses droits et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel.»

Qualisocial et Ipsos ont mené une enquête sur le harcèlement au travail pour offrir un état des lieux neutre et objectif permettant aux entreprises et salariés de mieux appréhender la question.

Dans un contexte de quête de sens et de recherche du bien-être en entreprise, la question du harcèlement, moral ou sexuel, est importante pour les actifs : la dégradation des relations au travail est la troisième priorité des salariés, après la rémunération et les conditions de travail. 

Les salariés considèrent que les situations de harcèlement au travail sont répandues en entreprise (74%), ils sont 44 % à déclarer ne pas être bien informés sur le sujet. Ce manque d’information se traduit, chez une grande majorité des actifs, par des difficultés à identifier précisément les situations de harcèlement au travail. 

Les résultats de l’ étude prouvent que le sujet est encore trop méconnu en entreprise : 43% des interrogés obtiennent un résultat “quasi nul” tandis que seulement 4% d’entre eux ont un “bon” niveau de connaissances.

Les situations de harcèlement au travail ne sont pas toujours bien identifiées, pourtant 1 salarié sur 3 déclare en avoir déjà été victime au cours de sa carrière. Certaines catégories d’actifs sont particulièrement touchées, notamment les moins de 35 ans (43%) et les femmes (38%), même si les hommes sont loin d’être épargnés (31%). 

Seulement 6% des actifs pensent avoir déjà été auteurs de harcèlement envers un collègue. Toutefois, ce chiffre grimpe à 36% lorsque le salarié interrogé occupe des responsabilités de management. 

Parmi les victimes, 3 salariés sur 4 déclarent que la situation de harcèlement s’est produite en présence de témoins, des collègues dans 45 % des cas. Les victimes rapportent également que dans la majorité de ces situations, les témoins présents n’ont pas réagi (53%), ou qu’ils ont réagi a postériori (25%). 

Une entreprise sur 8 seulement affirme avoir mis en œuvre toutes les mesures obligatoires. l’étude livre quelques recommandations pour prévenir les risques de harcèlement au travail : 

  • Sensibiliser les salariés et les managers sur le sujet ;
  • Mettre en place un dispositif de signalement avec soutien psychologique ;
  • Mener une enquête suite à chaque signalement ;
  • Accompagner psychologiquement les salariés victimes comme les présumés coupables ;
  • Mettre en œuvre des plans d’action concrets, afin que les situations ne se reproduisent plus ;
  • Associer le CSE aux démarches de prévention.

Pour en savoir plus :https://www.parlonsrh.com/media/harcelement-travail-un-salarie-sur-trois-victime/?cid=600adc5e007fb74e1576c39f&utm_source=plezi-newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=newsletter

Poster un commentaire

Classé dans Brèves