Archives de Tag: Démission

Drh, mission ou démission, Thomas Chardin, Diateino, avril 2021

Les dirigeants en général et les directeurs des ressources humaines en particulier sont soumis à une très forte pression sociale et sociétale: La DRH doit accompagner des changements majeurs : reconnecter l’entreprise à la société, capacité à répartir plus équitablement la richesse créée entre le travail, le capital et l’investissement, faculté à traiter l’humain comme une fin et non comme un moyen. C’est sa mission.

L’alternative est la démission car l’entreprise pas fini de se transformer avec de nouveaux impératifs et paradoxes sociaux, sanitaires, juridiques et écologiques. Comment accompagner tous les collaborateurs de l’entreprise étendue, du free-lance au manager en passant par l’ensemble des salariés, dans le respect du droit, de l’éthique, de l’environnement et des aspirations de chacun ?

La DRH a le privilège d’être située au cœur de ces transformations et d’en être la cheville ouvrière avec la nécessité de se défaire des tâches techniques sans valeur ajoutée au profit de ceux qui en sont les experts, pour pouvoir affronter une forte complexité.

Les outils du marketing RH constituent une aide pour structurer la démarche et asseoir sa crédibilité pour assurer l’avenir. Il est indispensable d’entrer en empathie active, en résonnance avec le monde contemporain, écouter et ressentir, avec méthode, pour répondre aux des attentes des salariés et aux intérêts de l’entreprise.

Agir en évitant toute dissonance entre les principes et les pratiques, entre l’intention et l’action, l’audace d’agir est indispensable pour les professionnels RH…

Thomas Chardin propose un diagnostic des différents défis auxquels sont confrontés les acteurs des ressources humaines : guerre de l’image, guerre des talents et guerre de l’attention.

 Pour en savoir plus : https://www.rhinfo.adp.com/rhinfo/2021/drh-mission-ou-demission/

Poster un commentaire

Classé dans Note de lecture

Démission équivoque : requalification en prise d’acte de la rupture

 Si le juge relève des circonstances entourant une démission la rendant équivoque, il doit la requalifier en une prise d’acte de la rupture du contrat de travail.

Contexte : un salarié démissionne mais se rétracte 5 jours plus tard en adressant à l’employeur une lettre invoquant des griefs à son encontre; il saisit le Cph pour obtenir la requalification de sa démission en une prise d’acte de la rupture produisant les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

Contentieux: La cour d’appel a rejeté la demande en estimant que le salarié n’ a pas  rapporté la preuve de ses allégations portant sur une incitation de son employeur à démissionner. Elle a considéré que la rétractation dans un court délai ne suffit pas, à elle seule, à démontrer que la volonté du salarié de mettre fin unilatéralement au contrat de travail a été viciée par des pressions extérieures.

La cour de cassation casse cette décision en rappelant qu’ une démission, même notifiée sans réserves, peut être ultérieurement remise en cause par le salarié en cas de vice du consentement ou de manquements imputés à l’employeur s’il résulte des circonstances antérieures ou contemporaines à la démission que, à la date à laquelle elle a été donnée, celle-ci était équivoque.

En l’espèce, le fait que le salarié se soit rétracté dans un court délai et qu’il ait invoqué des griefs à l’encontre de l’employeur caractérisait l’existence de circonstances contemporaines de la démission la rendant équivoque:  en conséquence, celle-ci s’analysait en une prise d’acte et le juge aurait dû se prononcer sur les griefs invoqués par le salarié pour décider si ceux-ci rendaient impossible la poursuite du contrat de travail.

Pour en savoir plus: Cass. soc. 20-11-2019 n° 18-25.155

https://www.efl.fr/actualites/social/cessation-du-contrat-de-travail/details.html?ref=f5fdd9e0c-6de8-43c8-ac5f-7c83bfe389dd&eflNetwaveEmail

Poster un commentaire

Classé dans Brèves