Archives de Tag: Maladies professionnelles

Agenda: XXII Congrès mondial Sécurité et Santé au travail, 19/22 septembre 2021

Le Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail réunit les principaux acteurs internationaux impliqués dans la prévention des risques professionnels : entièrement en ligne, du 19 au 22 septembre 2021.

Le XXIIe Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail se tiendra du du 19 au 22 septembre 2021 à Toronto (Canada). 

Co-organisé par l’AISS et l’OIT, à l’invitation de l’Institut pour le travail et la santé (IRTS) et du Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), la manifestation rassemble plus de 3 000 experts, décideurs et acteurs du domaine de la santé au travail.

Objectif du congrès: partager les idées, les bonnes pratiques et les résultats des travaux de recherche venant du monde entier pour faire progresser la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles.

l’INRS participe à cet évènement. 

Pour en savoir plus: https://www.safety2021canada.com/fr/home-fr/

Poster un commentaire

Classé dans Agenda

Nouvelle Procédure de reconnaissance des AT/MP à partir du 1er décembre 2019

Nouveautés à compter du 1er décembre 2019 : 10 jours pour l’employeur pour émettre des réserves après déclaration d’un accident du travail, meilleure information des parties pendant la procédure  et aménagement de la phase de consultation des dossiers.

Le décret du 23 avril 2019 a refondu la procédure de reconnaissance des accidents du travail et des maladies professionnelles concernant les déclarations d’accident, les réserves de l’employeur et l’instruction des dossiers par la caisse primaire d’assurance maladies’appliquant aux accidents du travail et maladies professionnelles déclarés à compter du 1er décembre 2019.

*La déclaration d’accident que la victime doit adresser à son employeur, lorsqu’il n’a pas informé verbalement ce dernier dans la journée de l’accident ou, au plus tard, dans les 24 heures, de même que la déclaration que l’employeur doit adresser à la caisse dans les 48 heures suivants, devront être effectuées par tout moyen conférant date certaine à leur réception. L’usage de la lettre recommandée n’est donc plus obligatoire.

*L’employeur peut émettre des réserves motivées sur le caractère professionnel de l’accident dès sa déclaration ou pendant la période d’instruction du dossier par la caisse. Le délai pour  les formuler est de 10 jours francs pour qu’elles soient prises en compte par la CPAM ; il court à compter de la date à laquelle l’employeur a effectué sa déclaration ou, si la déclaration émane de la victime ou de ses représentants, à compter de la date à laquelle il en a reçu un double. Les réserves peuvent aussi être adressées par tout moyen conférant date certaine à leur réception.

*Le décret fixe des délais précis pour chaque phase de l’instruction des dossiers et renforce l’information des parties sur ces différentes étapes avec l’aménagement d’une phase de consultation et d’enrichissement des dossiers.

Les règles diffèrent selon qu’il s’agit d’un accident du travail, une maladie professionnelle inscrite dans un tableau de maladies professionnelles ou une maladie relevant de la procédure de reconnaissance complémentaire faisant intervenir le CRRMP. Dans tous les cas, les informations et les documents adressés aux parties par la caisse pourront l’être par tout moyen conférant date certaine à leur réception.

*La caisse dispose d’un délai de 30 jours francs à compter de la date de réception de la déclaration et du certificat médical initial pour soit statuer sur le caractère professionnel de l’accident, soit engager des investigations lorsqu’elle l’estime nécessaire ou lorsqu’elle a reçu des réserves motivées de la part de l’employeur. Elle dispose de  90 jours à partir de la même date pour statuer si des mesures d’investigations sont mises en œuvre ; dans ce cas, un questionnaire portant sur les circonstances ou la cause de l’accident est adressé à l’employeur dans les 30 jours mentionnés ci-dessus, à charge pour celui-ci de le retourner dans les 20 jours. Une enquête complémentaire pourra en outre être diligentée ; la caisse informe les parties de la date d’expiration du délai de 90 jours lors de l’envoi du questionnaire ou, le cas échéant, lors de l’ouverture de l’enquête.

*A l’issue de ses investigations  – au plus tard 70 jours francs à compter de la date de réception de la déclaration et du certificat médical initial- la caisse doit mettre le dossier à la disposition des parties qui disposent de 10 jours francs pour le consulter et faire connaître leurs observations ; au terme de ce délai, les parties peuvent consulter le dossier sans formuler d’observations.

*Les parties sont informées des dates d’ouverture et de clôture de la période de consultation du dossier et de celle au cours de laquelle ils peuvent faire des observations au plus tard 10 jours francs avant le début de la période de consultation.

*Pour les maladies professionnelles, la caisse dispose d’un délai de 120 jours francs pour statuer sur le caractère professionnel de la maladie ou pour saisir le CRRMP, ce délai courant à compter de la réception de la déclaration intégrant le certificat médical initial et du résultat des examens médicaux complémentaires  éventuellement exigés. La caisse engage des investigations et envoie un  questionnaire aux parties qui doivent le retourner dans les 30 jours francs suivant sa réception. Les parties sont informées de la date d’expiration de la période de 120 jours lors de l’envoi du questionnaire ou de l’ouverture de l’enquête éventuellement diligentée en complément.

A la suite de ses investigations, – au plus tard 100 jours francs à compter de l’ouverture de la période de 120 jours visée ci-dessus- la caisse met le dossier à la disposition des parties, qui disposent  de 10 jours francs pour le consulter et faire connaître leurs observations. La caisse les informe des dates d’ouverture et de clôture de la période de consultation et de celle au cours de laquelle elles peuvent faire des observations au plus tard 10 jours francs avant le début de la période de consultation.

En cas de saisine d’un CRRMP, la caisse dispose d’un nouveau délai de 120 jours à compter de cette saisine ; elle doit mettre le dossier à la disposition des parties pendant 40 jours francs qui peuvent  le consulter, le compléter par tout élément utile et faire connaître leurs observations au cours des 30 premiers jours. La caisse et le service du contrôle médical disposent du même délai pour compléter le dossier. Au cours des 10 jours suivants, seules la consultation et la formulation d’observations restent ouvertes aux parties ; la caisse les informe des dates d’échéance de ces différentes phases.

Le CRRMP examine le dossier à l’issue de cette procédure et rend son avis motivé à la caisse dans un délai de 110 jours francs à compter de sa saisine, la caisse devant notifier immédiatement aux parties sa décision conforme à cet avis.

Pour en savoir plus : Décret 2019-356 du 23-4-2016

https://www.efl.fr/actualites/social/hygiene-et-securite/details.html?ref=f9b7d263c-d548-46d8-a45e-5b59ab462979&eflNetwaveEmail

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Reconnaissance de pathologies psychiques comme maladies professionnelles: décret du 7 juin 2016

La loi  Rebsamen, du 17 août 2015, avait retenu de compléter l’article L. 461-1 du Code de la sécurité sociale, pour préciser que les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle.

Le traitement individuel de ces dossiers devant les comités régionaux de reconnaissance des maladies professionnelles (CRRMP) devait faire l’objet de modalités spécifiques fixées par voie réglementaire : c’est l’objet du  décret n° 2016-756 du 7 juin 2016 .

Le texte prévoit qu’au sein des Comités Régionaux de Reconnaissance des Maladies Professionnelles, lorsqu’ un dossier individuel concerne une maladie psychique, un médecin, spécialisé en psychiatrie, pourra être désigné.

Le décret  n’introduit pas d’autres particularités sur le traitement des maladies psychiques.

En conséquence, comme pour toutes les autres demandes de reconnaissance de maladies professionnelles, hors tableau , la victime ou ses ayants droit doit, comme par le passé, continuer à démontrer que :

– son affectation est essentiellement et directement causée par le travail habituel,

– qu’elle a entraîné le décès de la victime ou son incapacité permanente à un taux au moins égal à 25 %.

Par ailleurs, et, en dehors de l’hypothèse des maladies psychiques,  afin de recentrer et de renforcer l’action des comités sur les cas les plus complexes – parmi lesquels les dossiers de pathologies psychiques -, le décret du 7 juin 2016 prévoit la possibilité d’un examen des dossiers les plus simples par deux médecins au lieu de trois.

 

Pour en savoir plus : consulter le texte du décret : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000032669434&categorieLien=id

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Accidents du travail et Maladies professionnelles : création d’un comité d’actualisation des barèmes

 

 

Un décret du 9 février 2016 a créé un Comité d’actualisation des barèmes des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Cette structure de 10 membres, se réunissant 4 fois par an,  est chargée de proposer l’actualisation des barèmes indicatif servant à évaluer le préjudice consécutif à un accident du travail ou une  maladie professionnelle.

L’objectif est d’adapter les barèmes à l’évolution d’une part des techniques médicales et d’autre part des lésions et pathologies d’origine professionnelle.

Le décret précise les missions de cette instance et ses modalités d’organisation et de fonctionnement.

Pour consulter le texte du décret  https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=718DB1209D45ACCA28FBE7A3B39DD54D.tpdila21v_1?cidTexte=JORFTEXT000032005250&dateTexte=&oldAction=rechJO&categorieLien=id&idJO=JORFCONT000032003864

Poster un commentaire

Classé dans Publications