Archives de Tag: Muriel PENICAUD

« Pousser les murs », Muriel Pénicaud, éditions de l’observatoire, mai 2021

Muriel Pénicaud, ancienne Ministre du travail et actuellement représentante de la France à l’OCDE, publie aux éditions de l’Observatoire, « Pousser les murs ».

Comment traiter les sujets majeurs autour de l’emploi et l’émancipation des jeunes, l’égalité femmes-hommes, la transition écologique ?

Les solutions sont à trouver via la mobilisation des talents, chacun ayant une valeur et pouvant trouver sa place dans la société, sachant que cela suppose de proposer un parcours adapté.

La méthode préconisée passe par concertation, dialogue social et économique, présence de proximité sur le terrain et implication de tous les acteurs.

Le public « jeunes » impose une mobilisation citoyenne en proposant une autre vision de l’entreprise pour faire converger les enjeux économiques, écologiques et sociaux.

L’ouvrage propose des pistes de solutions pour relever les défis de l’avenir.

Pour en savoir plus : https://www.editions-observatoire.com/content/Pousser_les_murs

Poster un commentaire

Classé dans Lu, Note de lecture, Publications

Conférence Dialogues 26 09 17 : La réforme du code du travail, Muriel Pénicaud.

Muriel Pénicaud, Ministre du Travail a présenté, lors de la conférence de l’association Dialogues du 26 septembre 2017, l’esprit et les points majeurs de la réforme du code du travail: en synthèse, l’essentiel de son intervention liminaire :

*L’esprit de  réforme, le fond et le forme :

-Sur le fond, il s’agit de rénover le modèle social qui en France est une force mais n’a pas évolué à la même vitesse que la société et le monde économique. La première pierre posée avec le code du travail sera poursuivie prochainement avec l’Apprentissage, l’Assurance-Chômage et la Formation professionnelle et en 2018 les régimes de retraite. L’objectif est de construire tout un ensemble assurant les équilibres nécessaires pour « une flexi-sécurité à la française ». Les entreprises et la société ont besoin de marges d’adaptabilité au terrain et de sécurité.

-Sur la forme, la méthode est essentielle: la préparation des ordonnances  a fait l’objet d’une large concertation (300 heures) et d’un réel débat parlementaire (80 heures).

*Les points majeurs : 

-Un focus important sur les PME/TPE pour éviter le risque de proposer des modèles conçus pour les grandes entreprises avec la mise en place de dispositifs spécifiques dans l’objectif de sécuriser ces entreprises et leurs salariés.

-Le pari fait sur le dialogue social, clé de la compétitivité sur la base d’une vision dynamique de l’entreprise. La proximité du terrain est privilégiée en prévoyant des sujets réservés aux branches et d’autres de pleine liberté pour les entreprises. Les acteurs du dialogue social doivent désormais s’en saisir : « du grain est à moudre » au niveau de la branche et au niveau de l’entreprise. Une mission pilotée par JD Simonpoli est en charge de la mise en oeuvre autour de 10 propositions visant à développer la formation des acteurs.

Les entreprises retrouvent de l’autonomie pour gérer leur agenda social (quand? quoi? comment?) et pour structurer les instances de représentation du personnel à partir du socle du Comité social et économique (organisation, fonctionnement, moyens..).

Il s’agit d’un choc culturel visant à sortir d’un dialogue social ritualisé et trop formel avec la possibilité de vrais débats sur le social et l’économique; par ailleurs, l’accord majoritaire (50 %) constitue le cadre général avec l’alternative d’un accord à 30% associé à une référendum.

Les sujets à traiter au niveau des branches sont clarifiés autour de 3 blocs de compétences et la fusion des branches est accélérée avec le passage à 200 à fin 2018.

Le télétravail est sécurisé avec une application immédiate, ce qui offre la possibilité de répondre aux fortes attentes des salariés en ce domaine.

Les ordonnances constituent une avancée inédite pour la confiance mise dans le dialogue social pour assurer sa décentralisation. Les conditions de réussite reposent beaucoup sur l’engagement des acteurs et leur formation pour mettre en place des actions innovantes.

Au niveau de la fonction RH, la réforme est une véritable opportunité de la renforcer et d’accroître sa légitimité au travers :

  • du renfort du sens de la mission RH
  • d’une nouvelle vision de la fonction de la part des directions générales
  • de plus grandes marges de manoeuvre impliquant la responsabilisation des équipes rh 
  • des opportunités de traiter de nouveaux sujets au niveau de l’entreprise
  • une responsabilité accrue au regard des fortes attentes en présence.

 

Poster un commentaire

Classé dans Brèves