Archives de Tag: Numérique

Etude INRS: Plateformisation, conséquences de l’uberisation en santé et sécurité au travail

Les plateformes de mise en relations entre des entreprises et des particuliers (livraison de nourriture, micro-travail…) transforment les organisations classiques. Différentes conséquences sont déjà apparues et vont s’amplifier à l’avenir avec des enjeux d’importance.

Ainsi, de nouvelles questions se posent : les indépendants employés par les plateformes doivent-ils avoir un statut leur donnant des droits équivalents à ceux des salariés ?  Quel est le responsable de la santé-sécurité de ces travailleurs : accidents du travail, maladies professionnelles, risques psychosociaux ?

Un groupe de travail piloté par l’INRS a dégagé des scénarios potentiels envisageant plusieurs formes de développement des plateformes à horizon de 10 ans. Ces projections permettent de sensibiliser aux évolutions susceptibles d’intervenir du fait la place croissante du numérique et de l’intelligence artificielle dans le monde du travail avec une parcellisation et une standardisation des tâches.

L’étude menées met en évidence le décalage existant entre le système actuel de prévention et de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles et l’absence de prise en charge des indépendants en cas de sinistre professionnel. Aujourd’hui, la plateforme utilisant des indépendants échappe à la réglementation applicable à l’employeur de salariés, même si elle est le principal prescripteur de l’activité à réaliser.

Le groupe de travail a identifié 3 pistes :

*Le travail réalisé via une plateforme conduit à réaliser des tâches souvent très limitées, standardisées et prescrites automatiquement. L’autonomie et les possibilités d’expression des individus dans leur travail sont réduites, favorisant en conséquence les facteurs de risques psychosociaux.  A noter cependant que le développement de l’Intelligence Artificielle permettrait de réinstaurer un dialogue avec les indépendants et que les exigences de qualité des clients permettraient de réintroduire de l’expertise et de la compétence humaine dans le travail.

*Le travail de l’indépendant est solitaire car il travaille pour son compte. L’indépendant ne bénéficie pas d’un encadrement humain ; sa seule référence est l’évaluation de ses clients. Le soutien social -collègues ou hiérarchie- n’existe pas alors qu’il s’agit d’une ressource importante face aux exigences psychosociales du travail. A noter cependant que nouveaux collectifs apparaissent pour échanger ou revendiquer des droits.

*La prévention est source et facteur de performance et permet un retour sur investissement positif. Les plateformes auraient intérêt à assurer des missions de prévention pour fidéliser les indépendants et pour permettre d’optimiser la satisfaction client.

L’évolution du suivi de la santé des travailleurs est un autre enjeu majeur. Une piste pourrait être de développer objets connectés : montres, tissus intelligents…pour recenser capter et analyser des données de santé, produire automatiquement des alertes et assurer un suivi.

A suivre les évolutions sur le plan réglementaire (loi, jurisprudence) et sur le plan  technologique (IA, algorithmes, big-data…) qui amorceront de nouveaux rapports sociaux au travail et des enjeux forts en matière de santé-sécurité.

Pour en savoir plus : Plateformisation 2027 : conséquences de l’uberisation en santé et sécurité au travail – janvier 2018

http://www.inrs.fr/header/presse/cp-plateformisation-2027.html

https://www.elegia.fr/actualites/sante-securite/enjeux-de-sante-securite-actuels-venir-travailleurs-plateformises?tracking-id=W18250_NewsletterSANTESECU&utm_source=Newsletters&utm_medium=Email&utm_campaign=NewsletterSANTESECU&IDCONTACT_MID=a51b56210c339230d59622843e0

 

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

Myriam El Khomeri : ITV France Inter 09 01 16

Quelques points de l’ITV de ce jour de  Myriam El Khomeri, « on n’arrête pas l’éco » , France Inter  9h 45:

1- quel lien entre chômage et radicalisation ?

la lutte contres les discriminations et l’échec scolaire constituent les priorités pour combattre la radicalisation; les politiques de la ville doivent aussi renforcer les actions pour éviter l’exclusion. Le plan d’égalité à la citoyenneté doit aussi y participer.

2- en 2016, verra-t-on l’inversion de la courbe du chômage ?

la situation est aujourd’hui différente des années précédentes: la reprise économique est amorcée même si elle est encore timide.  Les données démographiques font que l’équilibre n’est pas assuré entre le nombre de départs en retraite et les entrées sur le marché du travail. Les prévisions de croissance à 1,5% pour 2016 conduisent à amplifier la formation des demandeurs d’emploi les moins qualifiés car les créations d’emploi à intervenir ne bénéficieront pas dans l’immédiat à ces populations.  Le 18 janvier seront annoncés diverses mesures en ce sens.  Les perspectives économiques et les effets des actions engagées (CICE, Pacte de responsabilité..) permettent aux entreprises de retrouver de la confiance pour créer de l’emploi dans un nouvel écosystème.

3– le coût de la formation  (1 milliard d’euros) des chômeurs est-il réaliste et sera -t-il efficace ?

Dans l’attente des arbitrages budgétaires encore en cours, il faut relever que ce dispositif constitue non seulement une mesure de justice sociale mais un bienfait pour l’économie. Concrètement les formations à développer porteront sur les métiers de la transition énergétique, le numérique et les services à la personne. Il y a lieu également de traiter la question des emplois non pourvus et pour lesquels il faut soutenir l’action des PME et répondre aux besoins des territoires. Pour le financement , il faut convaincre les régions qui sont les principaux financeurs de la formation et de l’apprentissage et que tous les acteurs (état, territoires et partenaires sociaux) travaillent ensemble.  Les contacts entre Direccte et branches professionnelles doivent se renforcer pour assurer  la stratégie opérationnelle adaptée et la coordination des actions. Les solutions efficaces résulteront de l’identification des besoins des entreprises pour construire et dispenser les formations utiles. La mise en place des 4 000  conseillers entreprise par Pôle emploi constitue un relais essentiel.

4- quelle articulation entre les projets « loi sur le travail « et  « loi sur le numérique » ?

Ministre du travail et Ministère de l’économie poursuivent un objectif commun et portent ensemble des changements importants pour la société.  Les modalités techniques des projets ne sont pas encore arrêtées; elles s’inspireront des nombreux rapports déjà publiés  et intégreront les conclusions à venir de Pascal Terrasse dans le cadre de la mission sur l’économie collaborative .

Tout ceci doit contribuer au développement de l’activité sous toutes ses formes.

 

 

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Entendu