Archives de Tag: Situation économique

Rentrée 2020 : dossiers phares des services RH

Quelques analyses de consultants RH à propos des sujets de rentrée…

*Port du masque obligatoire? Si certaines dérogations peuvent être accordées après avis des autorités sanitaires, elles ne font pas l’unanimité. Le débat tourne autour d’adaptions pour que les entreprises mettent en place des mesures cohérentes avec leur environnement de travail et le fait de  faire confiance aux entreprises qui ont fait preuve de responsabilités depuis le début de la crise sanitaire

*Remobilisation des équipes. Certains salariés ne veulent pas revenir au travail notamment en d’application difficile des gestes barrières ; or la priorité de la rentrée est de reconstituer des collectifs de travail pour relancer la dynamique, sachant que pendant le confinement, les salariés se sont trouvés isolés ou sur-contrôlés, en raison d’un déficit de culture managériale sur la gestion des équipes à distance. Il faut trouver des solutions pour motiver et remobiliser et  donner envie aux salariés de travailler à nouveau ensemble en recréant  des interactions sociales pour  assurer la cohésion. Ce sujet de management  doit être porté par les RH venant en appui des managers en manque de repères : identifier les inquiétudes et les traiter, sachant que le retour au travail peut être source de détresse psychologique avec risque de performances en baisse en pleine reprise du travail.

*Situation économique. Si des restructurations ont déjà commencé, des plans massifs sont annoncés : négociations sur  PSE,  ruptures conventionnelles collectives et plans de départs volontaires sont à l’ordre du jour. C’est donc le moment de décisions difficiles pour assurer la pérennité des entreprises avec  un sujet de dialogue social et l’objectif de préserver le capital de compétences ; les entreprises qui auront été les plus agiles sur la gestion des effectifs  prendront, lors de la reprise économique, les parts de marché.

*Alternatives au licenciement. D’autres solutions peuvent permettre de traverser la mauvaise période avec des effets moins néfastes sur l’emploi : accords de performance collective,  GPEC,  prêt de main-d’œuvre,  congé mobilité ou essaimage.  L’ enjeu pour les RH est d’élargir le champ de leur politique sociale vers les entreprises composant leur environnement économique, fournisseurs, sous-traitants… la préservation de cet écosystème rendra la reprise d’activité sera plus facile.

*Activité partielle de longue durée.  L’APLD est perçue comme un amortisseur social mais le facteur  temps presse car le décret récemment publié prévoit que l’accord collectif ou le document unilatéral doit être transmis à la Direccte avant le 1er octobre 2020 pour que l’employeur puisse percevoir une allocation équivalente à 60 % de la rémunération brute du salarié.

Télétravail. Sans aller vers le tout-télétravail, il faut organiser ce mode de travail de manière pérenne et adaptée, ce qui nécessite diagnostic préalable, recueil de  l’avis des collaborateurs, négociation avec les partenaires sociaux, intégration des sujets technologiques , le tout selon  métiers et  la culture de l’entreprise.

Partage de la valeur ajoutée. L’impasse ne pourra pas être faite sur la question du partage de la valeur ajoutée avec une réflexion globale sur l’échelle des rémunérations.

*Revalorisation des métiers peu qualifiés. Actions autour de plans de de développement des compétences et des qualifications pour permettre  d’évoluer dans les parcours professionnels. Un vrai risque avec l’annonce d’une manifestation des Gilets jaune le 12 septembre …

Pour en savoir plus : 

https://www.actuel-rh.fr/content/rh-une-rentree-2020-hauts-risques

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

What do you want to do ?

New mailCopy

Poster un commentaire

Classé dans Brèves

ITV Philippe Martinez, CGT, à propos du 1er mai : « plus jamais çà »

ITV de Philippe Martinez,secrétaire général de la CGT, France inter, Premier mai 2020, quelques propos marquants:

*Priorités des changements à intervenir : protection sociale, salaires, reconnaissance, activité industrielle, environnement..

*Positions à l’égard du gouvernement : beaucoup de discours, quelques mains tendues, mais le temps des actes est venu avec de réelles mesures de soutien aux « premiers de corvées » et notamment salariales. De nombreuses consultations  ont lieu au niveau national et dans les entreprises, avec de l’écoute et du dialogue mais « les organisations syndicales attendent d’être entendues avec des actes forts pour des mesures répondant aux aspirations/revendications des salariés » (Ex pour l’hôpital: emplois, moyens, reconnaissance…)

*Situation économique: « la reprise de l’activité ne peut être envisagée que si la protection de la santé est assurée au travail, à l’école et dans les transports ». La crise a montré les bienfaits du modèle social français, notamment avec le chômage partiel. « Des ressources existent via des contributions des grandes entreprises, des compagnies d’assurances pour assurer les besoins sociaux des plus fragiles ».

*Temps de travail : « Il n’est pas question de travailler plus ». L’avenir est à la réduction du temps de travail pour partager le travail: la revendication de 32 heures hebdomadaires est toujours d’actualité avec des adaptations selon les secteurs et les métiers.

*Réformes Assurance Chômage et Retraites:  ces réformes doivent être purement et simplement abandonnées: « les salariés ne sont pas au chômage par choix ». Pour assurer la viabilité de l’UNEDIC, « tout le monde doit payer des cotisations ». Une attention particulière doit être portée aux intermittents qui doivent bénéficier d’une année blanche pour prolonger leurs droits.

*Fonctionnement des entreprises:  » les salariés demandent à pouvoir agir sur leur travail « avec plus de démocratie sociale dans l’entreprise et une sphère de pouvoir décisionnel. 

*Télétravail: cette modalité de travail doit être mieux réglementée pour éviter les dérives actuellement constatées: « il est nécessaire d’avoir un accord-cadre national pour encadrer ce dispositif ».

« De manière générale, il est utile de renforcer le poids de l’Organisation internationale du travail pour développer des protections sur l’ensemble de la planète à l’égard des enfants, en matière de protection social, de temps de travail et plus généralement le travail informel ».

Pour en savoir plus:https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-01-mai-2020

Poster un commentaire

Classé dans Brèves